Vaccin covid au cinéma

Pass sanitaire pour voir Kaamelott : sommes-nous en dictature ?

Hier soir, je suis allée au cinéma voir Kaamelott, dont la sortie était attendue depuis 10 ans. Mais pour suivre les aventures du roi Arthur Pendragon au royaume de Logres, Simon et moi avons dû nous munir du fameux pass sanitaire. Et je trouve ça très bien.

Un pass qui passe mal

Tout le monde ne parle que de ça. Il y a quelques jours, Macron a annoncé la mise en place d’un pass sanitaire. Concrètement, pour accéder à certains lieux il va falloir démontrer qu’on a été vacciné contre le Covid-19, ou qu’on l’a eu il y a moins de 6 mois. Ou bien présenter un test de dépistage négatif de moins de 48 h.

Depuis le 21 juillet 2021, la mesure est en vigueur dans tous les lieux culturels qui accueillent plus de 50 personnes — dont les cinémas. En août, cela s’étendra aux cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, trains, avions… Il faut dire que l’épidémie de SARS-CoV-2 reprend du poil de la bête, on parle d’une 4ème vague, les contaminations explosent dans les départements côtiers… Justement, on en revient, d’un de ces départements. On vient de passer une semaine au bord de la mer, dans les Landes. Et j’avoue avoir psychoté plusieurs fois à l’idée que les gens à côté de nous, au restaurant ou sur la plage, puissent être porteurs de ce virus de merde…

Donc, quand j’ai entendu Macron parler de pass sanitaire, ma première réaction a été le soulagement. Enfin de vraies mesures incitatives ! Mais, quand j’en ai parlé autour de moi, j’ai découvert que tout le monde ne partageait pas mon enthousiasme. Et c’est peu dire ! Non seulement certains ne semblaient pas enchantés, mais j’ai commencé à entendre des mots comme « dictature sanitaire », « apartheid vaccinal » et « lois de Nuremberg ». Certains ont même sorti une certaine… étoile jaune.

What. The. Fuck.

Du coup, pendant qu’Arthur retrouve les chevaliers de la Table Ronde et marche sur Kaamelott, je me demande :

Que se passe-t-il dans la tête des gens qui arborent une étoile jaune pour dire qu’ils ne se feront pas vacciner ?

Disons-le d’emblée : la comparaison entre les non-vaccinés et le statut des Juifs sous le Troisième Reich est indécente, ignorante et lâche. Assimiler le pass sanitaire aux lois de Nuremberg est une honte. Petit rappel historique sur l’apartheid ici, et sur le port de l’étoile jaune ici. Ah, parfois il serait bon d’inventer une machine à remonter le temps, histoire de rafraîchir les mémoires !

Les gens qui parlent de Shoah et d’Apartheid à propos du pass sanitaire sont donc des allumés. Des gens qui veulent avoir l’air de héros, en présentant leur stupidité comme de la Résistance. Comme cette dame, infirmière de son état (!), qui déclare sur Twitter que le vaccin contre le Covid enfreint le « code de Nuremberg »… Hallucinant. Dans la même catégorie, on retrouve les gens qui croient que le vaccin va leur injecter des nanoparticules fabriquées par Bill Gates et activées par la 5G… No comment.

Mais, parmi les opposants au pass sanitaire, il n’y a pas que des détraqués. Il y a ceux qui maquillent leur position avec un vernis rationnel. Il y a notamment :

  • Ceux qui soutiennent que le vaccin est dangereux
  • Ceux qui sont soudain devenus d’ardents défenseurs de la démocratie

Faisons connaissance de plus près.

Les arguments « scientifiques »

Le discours antivax qui se prétend scientifique est évidemment très facile à debunker. Les arguments sont, grosso modo, que le vaccin n’a pas encore passé les essais cliniques (c’est faux) ; qu’il modifie l’ADN (c’est archi-faux) ; qu’il provoque des mutations dangereuses (encore faux. Ce n’est pas le vaccin qui provoque des mutations, mais le nombre de réplications. À chaque réplication, une mutation est susceptible de survenir. C’est pourquoi le seul moyen d’éviter les mutations est justement de limiter la propagation du virus, par les gestes barrières ou par le vaccin).

Et il n’y a même pas d’aluminium, le fameux adjuvant tant controversé !

Bref, les sources pour comprendre le développement et le mécanisme d’action du vaccin contre le Covid-19 ne manquent pas. Qu’il soit à ARN-messager (Pfizer et Moderna) ou à adénovirus atténué (AstraZeneca), c’est un vaccin sûr et efficace. Je vous conseille ce podcast de la Méthode Scientifique pour mieux comprendre.

Des doutes sur l’efficacité ?

Autre fléau : dès qu’on prononce le mot « vaccin », il y a forcément quelqu’un qui débarque pour dire que ça n’empêche pas d’attraper le Covid. Alors oui, en effet, on peut contracter le virus même en étant vacciné. On peut même en décéder — ce qui arrive très rarement et concerne surtout les immunodéprimés et les grabataires. Mais en étant vacciné on est moins susceptible d’être contaminé et on est moins contagieux. Et surtout : on risque beaucoup moins de développer une forme grave. Car au final c’est ça qui compte : ne pas finir en réanimation pour ne pas saturer les services hospitaliers, et rester en vie.

On le voit : tous les arguments scientifiques convergent en faveur du vaccin. À ce stade, soutenir le contraire ne relève plus d’un choix raisonné mais de la posture idéologique. Ce qui nous amène à la deuxième catégorie d’opposants au pass sanitaire : les défenseurs autoproclamés des « droits humains fondamentaux ».

Les pourfendeurs de la « dictature sanitaire »

Ces derniers jours, des milliers de personnes se sont soudain découvert une passion irrépressible pour la liberté et la démocratie. Des citoyen.ne.s lambda, qui jusque-là ne s’intéressaient à la politique que pour gueuler contre le compteur Linky, se sont découvert une conscience de classe

Mais pas la bonne. Au lieu de lutter contre les véritables ennemis — le crise écologique, l’évasion fiscale, et de manière générale le capitalisme et les exploiteurs — les consciences « éveillées » se sont insurgées contre un vaccin que la moitié de l’humanité nous envie.

Nous avons la chance de vivre dans un pays développé, qui nous a assuré l’approvisionnement en vaccins. (Via des stratégies de prédation économique, mais c’est une autre histoire). Et on crache dessus. Alors que, dans le même discours, Macron a allégrement annoncé la poursuite du démantèlement des retraites et de l’assurance chômage, les gens ne retiennent qu’un pathétique vaccin ! Qui n’est même pas obligatoire ! (Dans le dispositif du pass sanitaire, on peut toujours présenter un test PCR ou antigénique négatif.)

Pourquoi une telle fixation ? Alors qu’en France, il existe déjà 11 vaccins obligatoires, sans lesquels un enfant ne peut pas être inscrit à l’école ni aux activités périscolaires. Et on ne parle pas des antivax purs et durs ! Justement, la plupart des opposants au pass sanitaire s’empressent de préciser qu’ils ne sont pas « antivax ». C’est ce vaccin-là en particulier qui gêne, qui dérange, qui fait déborder le ras-le-bol populaire…

Peut-être est-ce là tout le problème : le peuple, qui voit bien qu’on vit dans un système injuste et oppressif, n’a trouvé que ce moyen pour exprimer sa colère. Car être pour ou contre le pass sanitaire, pour ou contre Raoult et l’hydroxychloroquine, n’est plus un choix raisonné mais une posture idéologique. Être anti-pass sanitaire, c’est être anti-système. FUCK THE SYSTEM.

Avant la quête du Graal, la quête du pass sanitaire

Oui, je suis anti-système, je suis anti-capitaliste et pour la démocratie. Il y a clairement une dérive autoritaire sous Macron. Le pouvoir est entre les mains d’un seul Parti : le Parti des actionnaires et des grands patrons. Nous sommes bel et bien dans dans une dictature — mais une dictature du capital, pas sanitaire. Je pense que cette histoire de vaccin n’a rien à voir avec les véritables problèmes de notre société. Et en plus, j’ai très envie de voir Kaamelott.

J’ai eu le Covid en novembre 2020 (c’était horrible) et j’ai été vaccinée par Pfizer en avril 2021 (aucun effet secondaire). À cette époque, on ne délivrait pas encore de pass sanitaire. Alors, hier après-midi, munie de mon vieux test PCR positif et de mon attestation de vaccination, je pars en quête de mon QR Code. Un gentil pharmacien prend ma paperasse et me délivre un papier A4 avec un code à scanner dans l’appli TousAntiCovid. Mon pass sanitaire. Le Graal.

À lire aussi : Pourquoi je ne dis plus « travailleuses du sexe » en parlant des prostituées

Simon aussi a eu le Covid et une dose de Pfizer. Nous sommes d’accord pour dire que cette maladie est une grosse merde qu’on aurait bien aimé éviter. Nous sommes d’accord pour dire que c’est naze de râler contre le pass sanitaire, quand on ne s’est pas bougé les miches contre la réforme du chômage et des retraites. Ces gens qui crient à la dictature, où étaient-ils quand il fallait s’opposer à la loi sécurité globale ?!

Et nous sommes d’accord pour dire que Kaamelott, c’est vachement bien.

Ksenia P., IG @ksenia_potrapeliouk_autrice

Laisser un commentaire